LEXIFOTO

 
START TO COLLECT : LE MAG

collectionner la photographie contemporaine



 


LEXIFOTO




ARGENTIQUE (DÉVELOPPEMENT ET TIRAGE)


Se dit d’une photographie supportée par un film traditionnel par opposition à un enregistrement numérique (en langage courant photo argentique versus photo numérique) ; le film est "argentique" parce que le fixateur de l’image sont des grains d’argent métalliques inclus dans une gélatine.
Le développement est le processus photochimique de fixation des images sur le film et sa stabilisation envers la lumière ; les images y sont en mode négatif.
Le tirage argentique est le processus de transfert sur papier à partir du film. Un cliché numérique est, lui aussi, souvent projeté sur un papier sensible, ce n’est pas un processus de développement argentique : ne pas confondre le développement du film avec son transfert sur papier.


BRUIT
Par analogie à un bruit de fond sonore : parasitage aléatoire d’une photo numérique par des pixels surperposés à l´image.


CIBACHROME ®
Procédé de teinture argentique qui s’est répandu à partir de 1963. Cette méthode consiste à réaliser une épreuve sur papier à partir de diapositives couleurs. Elle se caractérise par l’intensité des couleurs obtenues et permet une bonne conservation dans le temps.


COMPRESSION
La compression permet de très fortement diminuer la taille d'un fichier correspondant à l’image (ou le son, etc) numérisée.
Le procédé pour optimiser la taille du fichier est : lorsqu’il est inutile d’affecter un nombre à chaque pixel numériques (exemple : un ciel d’un bleu uniforme) on ne numérise qu’un seul pixel et on indique l’étendue de l’uniformité (le nombre de pixels qui suivent) : c’est le principe de base de la compression numérique.


CONTRETYPE

Rephotographie d’une image photo argentique, qui évite de passer par le négatif ; la duplication du négatif s’appelle un fac-similé.


COPIE
Duplication (par offset, sérigraphie, fichier...) d’une photographie initiale, limitée en nombre ou non, avec l’assentiment de l’artiste ou de ses ayants droit.
Si le tirage est très faible et si l’artiste créer, contrôle et signe l’oeuvre, elle est appelée originale. Une copie peut être signée par l’artiste, mais alors ne doit pas être confondue avec les originaux : voir tirages.


DIASEC ®
Procédé inventé par le chimiste suisse Heinz Sovilla-Brulhart en 1969 qui consiste à placer le tirage sous une plaque de plexiglas afin de renforcer sa protection. L’ensemble renforcé ou non par une plaque d’aluminium derrière, forme une pièce solide et très bien finie ; toutefois ce montage augmente fortement le prix de revient de l’oeuvre.


© galerie tact


DIBOND ®
Panneau composé de deux faces aluminium laqué, avec un noyau de polyéthylène sur lequel le tirage est collé afin de garantir sa rigidité ; L’ensemble étant à la fois épais, léger et rigide.


DIGIGRAPHIE ®
Créée par Epson, la digigraphie ® est une référence de qualité pour les reproductions d’œuvres d’art réalisées en technique numérique sur des imprimantes jet d’encre Epson.


© atelier image inée


FAC-SIMILÉ
Réplique exacte d’un document ou d’un dessin par un quelconque procédé de copie ; en photo argentique c’est la duplication du négatif et non celle de l’épreuve, qui s’appelle un contretype.


GRAIN
Le grain d’un medium (papier ou d’une pellicule photo) est la taille minimum de l’élément lumineux fixé (l’équivalent du pixel d’une image numérique) ; l’idéal est qu’ils ne se voient pas, la définition de l’image étant maximum.
Pour les photographes artistes, des effets de granulation peuvent être recherchés, par exemple pour rendre l’image plus soyeuse, voire paradoxalement plus réaliste.


MAROUFLAGE / PAPIER MAROUFLE
Cette technique consiste à coller la photographie sur un autre support : un papier plus épais, une toile, un carton.


NÉGATIF
En photo argentique le cliché développé l’est sous forme négative, où les noirs et blancs sont inversés ; l’inversion est répétée lors du transfert sur papier, le tirage étant donc rétabli en positif.
Au contraire une diapositive est un film développé non inversé (ou doublement inversé) pour être projecté sur un écran, l’inversion s’effectuant lors de cette projection.


OFF SET
Procédé d’impression utilisant un transfert de l’image originale sur un rouleau, qui sert ensuite à imprimer des feuilles de papier


PAPIER BARYTÉ OU CARTOLINE

C’est un matériau épais qui offre une surface glacée très lisse et qui restitue un blanc à partir de sulfate de baryum (ou baryte, d’où son nom).


PAPIER RESIN-COATED (RC)
Support constitué d’une feuille recouverte de produits chimiques et de gélatine qui constitue la photographie, puis recouverte d’une résine qui optimise la résistance de l’encre aux gaz atmosphériques et à l’ozone.


PHOTOMONTAGE
Né en Russie dans les années 1916 avec le constructivisme, le photomontage consiste à assembler plusieurs photographies par collage ou via un logiciel permettant d’effectuer des retouches photographiques.


PIXEL
C’est l’unité minimum de la surface portant une image numérique ; vient de "picture element". Pour un appareil photo domestique de haute qualité, 12Mpx (12millions de pixels) est très suffisant pour obtenir une excellente image de moyenne dimension (car plus on agrandit, plus le pixel devient gros et donc l’image moins nette) ; au-dessus de 12Mpx, c’est la qualité de l’objectif qui constitue la limite de définition.
Plus il y a de pixels, plus le fichier numérique correspondant est grand : alors augmenter la définition du capteur (nombre de pixels) est non seulement inutile mais rend le stockage et la transmission des images difficile, d’où un compromis à rechercher.


PLEXICOLLAGE
Tirage collé à l’arrière sur une plaque d’aluminium et à l’avant sur une plaque de plexiglas (appelé verre acrylique).


RAYOGRAMME OU PHOTOGRAMME
Technique utilisant l’action de la lumière à travers des objets déposés sur un papier sensible. Suite à l’exposition, le papier est plongé dans un bain révélateur puis dans un bain fixateur afin d’obtenir un négatif. Les parties de l’objet n’ayant pu être traversées par la lumière demeurent blanches ; les parties partiellement traversées sont grises ; enfin, les parties complètement traversées sont noires.


RC
Type de papier résistant à l’eau et aux dégradations atmosphériques, utilisé couramment en impression numérique ; il est obtenu par une surcouche du type gélatine


RETIRAGE (NEW PRINT)
Tirage effectué à partir du négatif original après la mort de l’auteur. Les retirages sont considérés comme œuvres d’art originales s’ils sont effectués sous le contrôle des ayants droit et authentifiés par ces derniers. Toute preuve posthume doit être indiquée comme telle.


STÉNOPÉ
Ancêtre de l’objectif, c’est un minuscule trou percé dans une chambre photographique ; arrivée au fond de cette boîte noire, l’image (inversée) peut imprégner une plaque sensible ; la netteté est d’autant meilleure que le sujet est loin, situé "à l’infini", et le sténopé petit ; le temps de pose nécessaire est d’autant plus élevé que le trou est petit.


TIRAGE
Le tirage est l’opération visant à obtenir un ou plusieurs positifs à partir d’un même négatif ou fichier. Le tirage argentique, procédé inversant la gamme des gris, est le plus souvent effectué grâce à un agrandisseur en laboratoire. Il peut aussi s’agir d’une réduction ou être réalisé par contact entre le négatif et le papier sensible. L’image numérique quant à elle, ne devient une photographie qu’après impression, lorsqu’elle prend la forme d’une épreuve sur papier.
Le tirage correspond donc à la fois à l’action de transfert sur support qu’à l’objet qui en résulte.


TIRAGE C-PRINT
Tirage chromogène argentique, sur papier satiné ou brillant, réalisé manuellement d’après un négatif ou un positif couleur.


TIRAGE FINE ART
Impression sur papier d’art mat ou satiné (type Hannemülhe) avec des encres pigmentaires de longue conservation, réalisée d’après un fichier numérique.


TIRAGE FRESSON
Il s’agit d’une application en couleur du tirage au charbon inventé par Poitevin en 1855. Ce mode de tirage a été mis au point par Pierre Fresson en 1952, et est uniquement réalisé sur commande par l’atelier Fresson dans la région parisienne. Il s’agit d’un long procédé de décomposition des couleurs de l’image, dans le but d’obtenir une photographie de très haute qualité, d’un point de vue technique comme esthétique !


TIRAGE INKJET
L’imprimante à jet d’encre utilise de l’encre liquide et autorise des rendus couleurs fidèles à l’original. Ce procédé sans contact permet l’impression sur différents matériaux.


TIRAGE LAMBDA OU LIGHTJET
Tirage sur papier traditionnel argentique, réalisé d’après un fichier numérique.


TIRAGE PLATINUM PALLADIUM / PLATINOTYPIE
Datant de 1830, cette technique qui utilise du palladium ou du platine en lieu et place de l’argent, permet d’obtenir des tirages mat aux contrastes particulièrement intenses, la gamme chromatique allant du noir profond à un rouge brique.


VINTAGE
En photo "vintage" (ou "tirage d’époque") distingue les tirages de l’époque de l’artiste, faits par lui ou sous son contrôle et à condition (c’est une convention) qu’il soit au moins supérieur à 10 ans, certains restreignent même avant les années 1970, en tous cas jamais des tirages postérieurs à lui ou récents.
De plus le tirage doit être issu du négatif original et doit être numéroté. Mais dans les années 50 ou 60 certains artistes n’étaient pas à ce point rigoureux. Il en résulte que les tirages réunissant toutes ces qualités d’authenticité ont plus de valeur car plus recherchés par les connaisseurs.
Un "early print" (un "tirage d’origine", ne pas confondre avec un tirage original) est un 1er tirage par l’artiste mais sans co-notation d’ancienneté. Un "new print" ou "tirage postérieur" est un retirage effectué après la mort de l’auteur.